LES PLUS ÉBLOUISSANTS TÉMOIGNAGES DE
GUÉRISONS
MIRACULEUSES

Témoignages crédibles des miracles de guérison

opérés par Jésus aujourd'hui,

inexpliqués par la science,

les critères de l'Église plus intransigeants

que ceux des médecins, leur avis...

Jésus opérant un miracle de guérison en Palestine

On est bien obligé de croire à l'impossible !

Sommaire de la page

 

Maître des forces de l'Univers

  • Miracles d'hier

    • Spectaculaires théophanies

    • Miracles plus discrets

    • Guérison, délivrances et résurrections

  • Miracles de guérison d'aujourd'hui : des témoignages crédibles de guérisons miraculeuses

    • Guérisons des maladies de l'esprit (vidéos)

    • Guérisons des maladies du corps (vidéos)

      • Malade de la sclérose en plaque et dans un fauteuil roulant ; la 70e miraculée de Lourdes ; Richard Borgman l'alpiniste dévisse ; Véronique l'athée, etc.

      • Les étonnantes guérisons, sur place et à distance, lors de la prière des malades à Saint-Nicolas-des-Champs, Paris

      • Médecins et guéris

      • Guérisons d'autres anonymes, gens ordinaires

  • Les critères intransigeants de l'Église pour reconnaître un miracle font passer à la trappe de nombreuses guérisons inexpliquées

  • La triple signification du miracle pour l'Église

  • L'avis d'un médecin expert

  • Guérisons du corps, suite : l'humour de Jésus et ses guérisons inouïes à travers le Père Emiliano Tardif : guérisons d'enfants, cancéreux, sourd de naissance, partie d'encéphale manquant, musulmane, pied gangréné…

  • Maureen ne croyait pas aux miracles

  • Pourquoi ne guérit-il pas tout le monde s'il est si bon ?

  • Guérisons en direct et à distance, "paroles de connaissance"

  • Un livre témoignage exceptionnel : Bernard Dihl, guéri le premier jour, converti le second et devenu un apôtre du Christ du XXIe siècle

  • Prières de guérison miraculeuse du Padre Pio et de Saint Pérégrin pour la maladie, le cancer, etc.

  • Pour en savoir plus

image-floutee-1.jpg
Un des grands miracles de Jésus, il marche sur le lac de Tibériade

Quand Jésus marchait sur le lac de Tibériade il y a 2000 ans

Jésus n'est pas un hypothétique Dieu qui aurait existé il y a 2000 ans, prêchant et réalisant des prodiges, avant de mourir à jamais.

Jésus est ressuscité, vivant, et le confirme depuis deux millénaires en donnant des signes concrets de Sa Présence, de Sa Puissance, avec un effet immédiat : conversions improbables, délivrances d'addictions et d'emprise du mal, guérisons de maladies psychiques et physiques les plus graves et les plus lourdes, personnes décédées accidentellement revenant à la vie proclamant qu'elles l'ont vu, autant de miracles inexpliqués par la science et pourtant sans supercherie, tant les témoignages sont variés et les critères médicaux, sévères.

Dieu aimant chaque homme, il guérit parfois des non-croyants ou des personnes non-chrétiennes, mais il donne un indice : ces phénomènes n'existent en grand nombre qu'au sein du christianisme et c'est toujours sous son seul nom de Jésus qu'elles se produisent, authentifiant Sa Parole biblique. Ni Bouddha ni Mahomet ne peuvent en dire autant.

Les miracles de Jésus sont des actes de puissance destinés à établir le Règne de Dieu, qui ne tolère ni mal ni souffrance, contre la domination de Satan, l'ennemi de Dieu et de ses protégés, les hommes.

 

Des cancéreux perdus qui guérissent en quelques secondes ? Dieu sème aussi des miracles pour interpeller, éveiller la curiosité.

 

Au XXIe siècle, Jésus poursuit donc son œuvre de guérison, d'écrasement du mal et de salut commencée jadis, dévoilant la Bonté, la Compassion de son Être à partir de son action, semant aussi des signes de l’Existence de Dieu... sauf à vouloir s'aveugler obstinément.

Maître des forces de l'Univers

« Des nuées, tu te fais un char, tu t’avances sur les ailes du vent ; tu prends les vents pour messagers, pour serviteurs, les flammes des éclairs. »

(Psaume 103 (104))

MIRACLES DE GUÉRISON D'HIER

Maître des éléments, du temps, de l'espace et de la matière, Dieu s'est d'abord révélé aux hommes par des théophanies (manifestations de Dieu) utilisant et dominant les forces et lois de la nature : par exemple, passage à sec de la mer Rouge des hébreux, Jésus transformant l'eau en vin lors d'un mariage, marchant sur l'eau du lac de Tibériade et calmant la tempête, guérissant instantanément des lépreux, paralytiques, possédés, ressuscitant des morts.

Pour prendre connaissance des arguments apportant de la crédibilité à ces événements d'hier rapportés dans la Bible, lire sur ce site la page Fiabilité de la Bible. Pour lire le récit des plus importants miracles opérés par Jésus dans les Évangiles, lire sur ce site la page Miracles de Jésus en Palestine.

Spectaculaires théophanies

Dieu peut effectuer des miracles spectaculaires qui marquent les esprits. On en trouve le récit dans la première partie de la Bible, l'Ancien Testament.

Pour révéler aux hommes Sa Présence, Son existence, ses miracles d'une puissance inouïe ont alors été visibles par une multitude d'hommes tout à la fois. Ils ont tant impressionné les Hébreux qu'ils ont demandé à ne plus traiter en direct avec Lui mais avec un intermédiaire. Il leur a donc envoyé de nombreux prophètes pour les guider.

 

Mais la mémoire des hommes s'efface au fil du temps, ils s'éloignent toujours de Dieu à une période donnée pour retourner.. au mal. Mais Dieu, dans son infinie patience, tend la main, appuyant Sa Parole par de nouveaux miracles. Les hommes reviennent alors vers lui pour ensuite repartir, dans un éternel va-et-vient mal-Dieu-mal-Dieu. Ce qui frappe dans la lecture de la Bible, c'est non seulement cette infinie patience de Dieu qui s'ingénie à chaque fois à ramener l'Homme vers lui, mais aussi cet amour éblouissant qu'il a pour l'Homme, lui murmurant au creux de l'oreille : « Viens vers moi, reviens vers moi, ne vas pas vers l'ennemi, il va te détruire, te rendre malheureux, te faire souffrir, je t'aime, je veux vivre avec toi, je te comblerai d'amour et de grâces. »

Quelques miracles de Jésus plus discrets

Mais la plupart du temps, ses miracles d'hier, comme ceux d'aujourd'hui, sont d'autant plus crédibles qu'ils écartent tout aspect spectaculaire et ont une apparence tout ce qu'il y a de plus discrète, au cœur même de l'ordinaire, du quotidien. Par exemple, dans le miracle de la multiplication des pains, où Jésus nourrit une foule d'au minimum 5 000 personnes avec seulement 5 pains et 2 poissons, le Fils de Dieu fait des gestes ordinaires, avec des pains et des poissons tout aussi ordinaires. Et tout au long du miracle, les choses se passent comme si justement, il ne se passait rien : il n'y a jamais plus que cinq pains et deux poissons à rompre. Ce ne sont pas des dizaines de paniers qui se remplissent d'un coup, contrairement au miracle de Cana où les jarres remplies d'eau se transforment subitement en vin. Lors de la multiplication des pains, l'abondance se déploie petit à petit. Dans la vie de tous les jours, pour chacun, lorsqu'il comble, Jésus comble toujours en abondance, au-delà du désir, du prévisible, de ce que l'on peut calculer, escompter.

Miracle de Cana lorsque Jésus transforme l'eau en vin

Jésus change l'eau en vin lors d'un mariage à Cana, en Galilée, Palestine

Tableau de James Tissot de la multiplication des pains

Jésus nourrit 5 000 personnes avec 5 pains et 2 poissons en Galilée, Palestine

Guérisons, délivrances et résurrections

« En débarquant, il vit une grande foule de gens ; il fut saisi de compassion envers eux et guérit leurs malades. » (Matthieu 14, 14)

« Quand il fit jour, Jésus sortit et s’en alla dans un endroit désert. Les foules le cherchaient ; elles arrivèrent jusqu’à lui, et elles le retenaient pour l’empêcher de les quitter. » (Luc 4, 42)

 

« De grandes foules s’approchèrent de lui, avec des boiteux, des aveugles, des estropiés, des muets, et beaucoup d’autres encore ; on les déposa à ses pieds et il les guérit. » (Matthieu 15, 30)


« De plus en plus, on parlait de Jésus. De grandes foules accouraient pour l’entendre et se faire guérir de leurs maladies. » (Luc 5 ,15)

« C'était le chef de la synagogue. Tombant aux pieds de Jésus, il le suppliait de venir dans sa maison, parce qu’il avait une fille unique, d’environ douze ans, qui se mourait. Et tandis que Jésus s’y rendait, les foules le pressaient au point de l’étouffer. » (Luc 8, 41-42)

TÉMOIGNAGES DE GUÉRISONS MIRACULEUSES D'AUJOURD'HUI

Jésus les a guéris de la dépression, du cancer, de la sclérose en plaque, d'idées suicidaires, de paralysie et maladies invalidantes diverses, d'addictions à la pornographie, au sexe, à l'alcool, la drogue, etc., ils témoignent tous avec crédibilité et reconnaissance.

Témoignages de guérisons
des maladies de l'esprit et d'addictions

Ils ont été guéris dans leur esprit, souvent enténébré par ces addictions dont les hommes sont victimes depuis des millénaires (alcool, drogue, pornographie...), la pratique de l'ésotérisme (voyance, reikki, New Age...) qui ouvre les portes aux forces du mal. Perdus, drogués ou suicidaires, ils ont rencontré le Ressuscité qui les a guéris en les sortant du long tunnel noir dans lequel ils s'étaient un jour engagés sans avoir réellement conscience de signer pour une descente aux enfers.

Pour en savoir plus sur l'existence du Mal et les pratiques occultes (peut-être pratiquez vous l'occultisme sans le savoir ?), lire sur ce site la page Le diable existe-t-il ? 

SETH

Une vie brisée et restaurée par Jésus

Tombé dans la drogue, perdu, suicidaire, Seth a fait la rencontre qui a sauvé sa vie.

FRANÇOIS-XAVIER

Le combat pour ne pas se suicider

Il avait touché le fond. Il se retrouve sans savoir pourquoi au Sanctuaire de Paray-le-Monial où une religieuse l'écoute et lui conseille de se rendre en une chapelle particulière...

AMANDINE

Embarquée dans l'ésotérisme sans s'en apercevoir, ça finit par très mal tourner

Cette jeune femme a témoigné en direct lors d'une soirée "prière délivrance" : adepte de l'ésotérisme, elle était sous emprise d'esprits du mal et a été délivrée par Jésus via des prêtres exorcistes.

Source : https://www.youtube.com/watch?v=7Fg5fUDCgG0

GWENDAL

J'étais complètement

sous influence de l'occultisme

Après s'être intéressé un peu toutes les religions, puis influencé par des livres présentant un Évangile revisité, il pratique le cryo-yoga et devient capable de voir des "choses" sur les gens. Jusqu'au moment où il dévisse complètement.

Guérisons des maladies du corps

« Pour quelqu'un qui n'est pas croyant,

c'est vraiment la plus belle des manières de le rencontrer. »

Véronique, athée, guérie d'une fibromyalgie aigüe avec paralysie

Sous le nom de Jésus Christ se produisent, aujourd'hui comme hier, pas seulement à Lourdes mais dans le monde entier, des guérisons instantanées (plus rarement progressives) de maladies physiques, handicaps très lourds et incurables. Les médecins avouent que la science est incapable de fournir une explication. Les critères de l'Église, eux, sont devenus tellement sévères que bien des guérisons inexpliquées ne sont pas reconnues miraculeuses. Les témoignages, crédibles, interrogent. Notamment ceux qui se produisent à l'église Saint-Nicolas-des-Champs, à Paris, où, chaque jeudi, on prie pour la guérison des malades.

« Vos examens montrent que vous n'avez jamais eu le cancer. Ça doit être une erreur. »

Doriane, croyante sans plus, guérie d'un cancer des ovaires

Parmi les témoignages de guérison que vous allez voir ou lire, la plupart se sont déroulés par le canal des ministres de Jésus, les prêtres. Ne vous laissez pas influencer par la mauvaise conduite de certains prêtres et religieux, ce qui pourrait vous amener à douter des témoignages qui sont présenté ici. Faudrait-il, en raison des brebis galeuses (qui auront d'ailleurs à répondre à la Justice de Dieu), condamner les millions de prêtres et religieux fidèles au Christ, bons et dévoués qui, de par le monde, donnent leur vie au service des autres, soignant, guérissant, éduquant, priant ?

« J'ai dévissé et suis tombé de 50 m.

Je me suis relevé indemne. Totalement. Un homme était mort 15 jours auparavant après avoir chuté de façon identique. »

Richard Borgman, du protestantisme évangélique à la foi catholique 

BERNARD DIHL

Extraordinaires guérison & conversion d'un athée : se jeter dans les escaliers en fauteuil roulant pour en finir... et devenir un apôtre des XXe et XXIe siècles

Il a une sclérose en plaque, n'en a rien à faire de Dieu, ça le gonfle même. Sa tante prie pour lui et sa guérison est annoncée par le père Tardif. Le premier jour, il est guéri, le second, il est converti, le troisième il reçoit avec puissance l'Esprit Saint de Dieu qui a fait de lui un diacre et lui a confié un ministère d'enseignement, de guérison (voir en bas de page les guérisons que Jésus opère à travers lui en direct lors de live)

Source

SŒUR BERNADETTE

Elle ne pensait pas

à sa propre guérison

Lourdement handicapée, elle se rend à Lourdes et prie pour les autres. De retour dans sa congrégation, elle entend qu'"on" lui dit...

Elle est 70e miraculée de Lourdes reconnue par l'Église catholique... et les médecins. Lire aussi son témoignage écrit.

RICHARD BORGMAN

La chute

aurait dû être mortelle

Alpiniste, il fait une chute de 50 m et se relève sain, sauf  et indemne de toute blessure alors qu'une personne tombée au même endroit 15 jours auparavant est décédée sur le coup (3'50" de la vidéo). Il devient pasteur protestant, puis catholique et missionnaire.

VÉRONIQUE

Non croyante, sa maladie est éradiquée lors d'une prière de guérison

Lors d'une soirée de prières en ligne pendant le confinement, le père Antoine Coelho introduit le témoignage de Véronique, gravement malade, athée, qu'il avait invitée à venir à une prière de guérison. Elle ressent une grande chaleur...

Source : https://www.youtube.com/watch?v=2o7I9a_IgMI&t=1097s

DORIANE

Prier et avoir la foi

On lui annonce qu'elle a un cancer des ovaires. Elle s'en remet à Jésus, poursuit ses prières et suit le traitement médical. On lui déclare ensuite qu'elle ne peut avoir eu un cancer des ovaires...

Guérisons d'anonymes, personnes ordinaires

ANNE-CLAIRE

Venue pour prier

elle ressent une "grande chaleur"

Anne-Claire a été instantanément guérie d'un ménisque cassé.

ANGÈLE

Fini la chaise roulante

Angèle est guérie de nombreuses maladies et se lève de sa chaise roulante le lendemain de la prière des malades de l'église Saint-Nicolas-des-Champs (0"55).

LOUISE FLORE

Quatre maladies grave d'un coup

Louise-Flore avait un cancer du sang, mais aussi l'hépatite B, le VIH et des fibromes. Un baiser de réconciliation va entraîner une divine intervention.

ODILE

Elle avait perdu 15 kilos

et avait cessé la morphine

Palpitations, migraines, etc. Hospitalisée, les médecins ne parviennent pas à la soigner. Bien que très croyante et priante, certains la pensent possédée...

ROSETTE

L'utérus était en train de se rompre

Venue prier pour ses sœurs malades du cancer, elle ressent une grande chaleur. Elle reçoit de très grandes grâces de Jésus et de la Vierge Marie.

image-floutee-2.jpg
Cloître du Pater Noster à Jérusalem

Les critères intransigeants de l'Église pour reconnaître un miracle font passer à la trappe de nombreuses guérisons inexpliquées

Pourquoi existe-t-il une différence entre le nombre de guérisons reconnues par les médecins et le nombre de celles reconnues par l’Église ?  Ce sont les exigences plus grandes de l’Eglise en la matière. Elle étudie de près la personnalité du miraculé. Une grille de critères médicaux est appliquée. Le Comité international des médecins comprend une trentaine de membres appartenant à une dizaine de pays différents. Ce sont en général des professeurs de faculté de médecine ou des médecins des hôpitaux, tous spécialistes.  Ensuite, il existe une grille de critères canoniques, parmi lesquels il convient que la guérison soit soudaine et obtenue en un instant, et aussi qu’elle soit parfaite et non pas incomplète ou partielle.

 

1. La guérison doit être parfaite

L’organe doit être redevenu parfaitement normal. Cette condition élimine un certain nombre de guérisons considérées comme inexplicables par la médecine. Exemple : Graziella, une aveugle de naissance dont le nerf optique est comprimé, desséché, se met brusquement à voir dans la piscine de Lourdes, où elle est plongée à l’âge de 7 ans.

  • « Maman, c’est drôle, les rideaux… ça fait mal aux yeux ! »

  • « Maman, tu as la tête à l’envers ! » (On sait que l’image qui se forme sur la rétine est inversée. Dans un premier temps, l’enfant n’a pas encore appris à "redresser" cette image).

Merveilleuse guérison, mais pourrait-elle être reconnue par l’Église. Son nerf optique est toujours abîmé ! Elle ne devrait pas voir puisque les images n’arrivent pas dans son cerveau ! Mais elle voit ! Elle est d’ailleurs docteur en médecine.

 

2. La guérison doit être instantanée

Cette autre condition élimine d’autres cas.

Exemple : Alain atteint de poliomyélite à l’âge de 14 ans, vit depuis des années dans un poumon d’acier. Lors du premier pèlerinage des polios à Lourdes, au passage du Saint Sacrement, il crie : « Débranchez l’appareil, j’étouffe ! » L’infirmière hésite évidemment à supprimer la respiration artificielle. Sur l’insistance d’Alain, elle se décide à le faire. De fait, il respire tout seul. L’année suivante, en allant à la piscine, il se rattrape avec les deux bras ! Ses bras fonctionnent à nouveau. Deux ans plus tard, il remarche. Cette guérison s’est donc opérée en trois étapes. Elle ne serait certainement pas reconnue par l’Eglise.

La triple signification du miracle pour l'Église

Pour l'Église catholique, le miracle a une triple signification

 

  • Le Christ est vivant au milieu de son peuple et authentifie Sa Parole (les Évangiles)

  • Le Christ est plein de compassion et il guérit les corps et les cœurs

  • Le Christ reviendra tout renouveler

 

Les guérisons miraculeuses sont une anticipation de cette libération définitive à laquelle est appelée la nature matérielle. Les miracles signifient donc tout à la fois que les temps messianiques sont déjà là, que l’Esprit est à l’œuvre parmi les hommes, mais qu’il n’a pas encore déferlé sur le monde comme il le fera au dernier jour, lorsque le Christ viendra essuyer toute larme des yeux des hommes. (Ap 21, 4)

Le Nouveau Testament affirme très fortement la maîtrise sur le cosmos que possède le Christ ressuscité, devenu Seigneur de l’Univers. Cette pleine maîtrise qu’Il a déjà sur le cosmos, Le Christ la manifeste d’ailleurs de temps en temps par les guérisons instantanées qu’Il réalise dans le corps de malades qui implorent de Lui un miracle pour eux-mêmes, ou pour d'autres.

L'avis d'un médecin expert

Pour les miracles de Lourdes ou d'ailleurs, la science a son mot à dire. La guérison de Sœur Bernadette Moriau a été reconnue comme le 70e miracle par l'Église, mais pas sans que les scientifiques, là aussi, ne donnent leur avis.

Le Dr Patrick Theillier, un des médecins experts du Collège de médecins de Lourdes s'exprime longuement sur les miracles de Lourdes, les personnes qui s'y rendent, croyantes ou non (athées, musulmans, Lourdes reçoit de surprenantes visites).

On ne demande évidemment pas aux médecins de se prononcer sur la cause ultime de la guérison dont ils étudient le dossier. On leur demande simplement de dire si, dans l’état actuel de leurs connaissances, cette guérison est explicable ou non. L’Église reconnait bien volontiers que certaines guérisons peuvent s’expliquer par l’influence du psychisme sur l’organisme. C’est la raison pour laquelle le Bureau médical de Lourdes ne retient jamais le dossier d’une guérison de paralysie, si celle-ci ne s’accompagne pas de lésions organiques. Mais il est difficile d’expliquer toutes les guérisons par des facteurs d’ordre psychologique ! Qui oserait expliquer par une influence psychique la guérison, le 18 août 1938, du jeune Francis Pascal, à l’âge de 4 ans ? Sa paraplégie et sa cécité absolue, séquelles d’une méningite contractée plus tôt, ont été instantanément guéries !

Si les miracles arrivaient sur commande, ils seraient purement et simplement des actes de magie. Dieu guérit qui Il veut, quand Il le veut, et comme Il le veut.

yeux-de-jesus-cosmos.jpg

L'humour de Jésus et ses guérisons inouïes à travers le Père Emiliano Tardif

Portrait du père Emiliano Tardif

« Jésus ne cesse de donner des preuves qu'Il est vivant

et qu'Il donne la vie à ceux qui croient en son nom. »

Père Emiliano Tardif

Le Père Emmiliano Tardif, atteint de tuberculose pulmonaire, est guéri de façon spectaculaire en 1973 ; il ne cessera ensuite de parcourir le monde (plus de 70 pays) pour annoncer que Jésus est vivant lors de rassemblements au cours desquels il célébrera la messe ainsi qu’une prière pour les malades. Par son intermédiaire, Jésus opérera des centaines de guérisons immédiates dans les corps, les âmes, et les cœurs.

À l’âge de quarante-cinq ans, le père Tardif, missionnaire en République Dominicaine, souffre d’une tuberculose aiguë. Son pronostic vital est en jeu. Des amis lui proposent alors de prier pour lui dans sa chambre d’hôpital… et le voilà miraculeusement guéri ! Totalement renouvelé dans sa foi, il décide de s’investir dans des groupes de prière.

Jésus fait de lui un témoin. À son tour, il devient instrument de Dieu et le témoin privilégié de nombreuses guérisons miraculeuses physiques et intérieures. Invité à faire vivre son charisme de prédication et de guérison, il parcourt alors le monde, là où on l’appelle, afin de partager les merveilles que Jésus veut offrir à tous. À travers deux livres de témoignage, il relate avec simplicité et émotion son parcours et les nombreuses guérisons dont Dieu lui a donné d’être le témoin. Ces récits bouleversants montrent combien le Christ aime les hommes et veut les guérir encore aujourd’hui et demain.

Couverture du livre d'Emiliano Tardif Jesus est le Messie

Extraits du livre Jésus est le Messie du Père Emiliano Tardif

Guérisons d'enfants

« Enfant guéri à Rimini, en 1988, à la Convention du Renouveau Charismatique. Son témoignage à douze ans : « Je m’appelle Luca Pilo. Je suis né avec une lésion du nerf optique et je ne pouvais distinguer les couleurs. J’ai été opéré dans une clinique à Varese en 1984. Comme je ne pouvais marcher seul, je devais toujours être accompagné pour aller à l’école, à l’église, partout. (…) Je suis allé au rassemblement de Rimini(…) Au cours du service de guérison du père Tardif, j’ai senti comme si on me prenait par les mains et je me rendis compte qu’il me tombait des yeux comme des écailles (…) Je me sentais bien (…) justement au micro, on annonçait qu’un enfant était guéri de la vue.(…) Mes lunettes sont depuis hier dans le sac de ma tante (…) merci Jésus. »

 

« Nous terminions une journée d’évangélisation au Zaïre. Au cours de l’Eucharistie de clôture à laquelle participaient environ 15 000 personnes, une enfant de huit ans, aveugle de naissance, se mit à crier : « Je vois, je vois ! » Tous l’entourèrent. Alors elle demanda : « Qui est ma Maman ? » Deux bras grands ouverts, deux yeux pleins de larmes et un sourire maternel lui donnèrent la réponse. »

L’humour de Dieu

« À Santiago del Estero, en Argentine, en 1984, dans un stade bondé de 30 000 personnes au cours d’une mission d’évangélisation qui dura cinq soirs. Après la prédication, nous avions la célébration de l’Eucharistie. Une mère de famille avait amené avec elle son fils de cinq ans, paralysé depuis deux ans. Pendant la Communion, comme l’enfant ne pouvait pas bouger, sa maman le laissa assis sur son siège et partit communier.

Il y avait tant de monde qu’elle mit un peu de temps à revenir auprès de son fils. Mais à la fin de la messe, elle s’approcha en pleurant du micro, demandant qui lui avait pris son enfant paralysé qui était assis sur son siège. Quelqu’un se rendit compte que le « petit perdu » était à l’arrière et jouait avec d’autres enfants. Le Seigneur l’avait guéri au cours de la prière de guérison : l’enfant était descendu de son siège et était parti jouer avec d’autres petits. »

« Si Dieu existe, alors il est méchant puisqu’il me laisse dans un fauteuil »

« Depuis sa naissance, Giovanna Monzo a une maladie rare et incurable des os. Cette maladie héréditaire affaiblit les os, les pourrissant peu à peu par une décalcification chronique. Elle vit en fauteuil roulant. Elle est pleine d’amertume et ne croit à rien et surtout pas à Dieu car « si Dieu existe, alors il est méchant puisqu’il me laisse dans un fauteuil ». Au moment où elle tente de se suicider, des jeunes filles croyantes lui rendent visite. Peu à peu, la confiance s’établit avec elles et la communauté de croyants qui s’engage auprès d’elle, dans la prière. Peu à peu, Giovanna guérit de ses amertumes, reprend goût à la vie, le plus grand des miracles selon elle, et arrive au point où elle accepte sa situation, ne cherche pas à être guérie, devient croyante, prie et se met au service des autres.

 

Elle se rend à une prière des malades du père Tardif  le 6 juillet 1986 à Laureana Cilento, Italie : « Au cours de la prière des malades, j’entendis le père annoncer que le Seigneur était en train de guérir une personne qui avait des problèmes pour marcher et qu’elle sentait une forte chaleur aux jambes parce que l’Esprit de Dieu la fortifiait.

En effet, je sentis la forte chaleur qui montant petit à petit dans mes jambes et je pensai que c’était dû à l’émotion et à la joie de participer au Rassemblement. Le père ajouta alors :

« Jésus guérit un paralytique ». Alessandra, qui était assiste à côté de moi me cria : « C’est toi Giovanna, c’est toi ! »

Je sentais le regard de tous ceux qui m’aimaient. Alessandra pleurait, mais n’arrivait pas à faire le pas dans la foi. « Tu ressens une profonde chaleur dans ton corps », précisa le père Emiliano. C’est précisément ce que j’étais en train de sentir. Mais n’était-ce pas à cause du climat ou de l’émotion ?

« Au nom de Jésus, lève-toi », ordonna le prêtre. Je ne pensai pas à moi, mais à Jésus, à qui rien n’est impossible. Je me levai toute seule et, pour la première fois de ma vie, j’allai m’approcher de l’autel. Mes amis pleuraient, d’autres riaient, tous s’embrassaient, d’autres me couvraient de baisers. On aurait dit un asile de fous.

Je me sentais très légère, comme si mon corps ne pesait rien. Sans l’aide de personne, je montai les marches où se trouvait l’autel et je glorifiai Jésus pour ce qu’Il avait fait en moi. Alessandra pleurait, d’autres ne pouvaient le croire. Un camarade resta muet cinq heures, bouleversé de m’avoir vu marcher. »

… Le fauteuil roulant est vide. »

« On me fit une trépanation, me vidant l’oreille interne : je perdis ainsi totalement l’audition de ce côté-là. »

« Un an après sa guérison, Celia Covarrubias, rapports médicaux en main, donna le témoignage suivant dans une arène, dans la ville de Mexico, devant 15 000 personnes :

« Il y a vingt ans, j’ai commencé à souffrir d’un cholestéatome à l’oreille gauche. La maladie s’aggrava jusqu’à l’infection. En 1976, on me fit une trépanation, me vidant l’oreille interne : je perdis ainsi totalement l’audition de ce côté-là.

À cause du progrès de l’infection, on me refit une autre trépanation, au cours de laquelle on me racla en plus les os internes. Jusque-là cela ne me souciait pas d’entendre, étant donné que je n’avais pas d’organes auditifs. Le seul intérêt que cela pouvait avoir était d’éliminer l’infection qui gagnait du terrain.

En janvier 1986, je commençais un Séminaire de vie dans l’Esprit du Renouveau charismatique. L’accompagnateur me dit que Dieu avait permis toutes les tristesses de ma vie pour glorifier son nom.  Je lui répondis que je préférerais le glorifier avec des louanges. Ma vie avait été très difficile, avec des problèmes de toute sorte.

En février de cette même année, je suis allée au Rassemblement charismatique de Quétaro (Mexique) pour demander la guérison de mon cœur, qui était blessé par les souffrances et les incompréhensions. Quand le père Tardif fit la prière de guérison, j’intercédai pour le salut de mes enfants, de mes frères, de mes amis.

C’est tout juste si je me rappelai que je voulais prier pour ma guérison, car j’étais résignée à ne plus jamais entendre. Je savais que Dieu fait des choses impossibles, mais je ne demandai rien parce que j’étais habituée à entendre d’une seule oreille. Je lui dis simplement : « Seigneur, je suis là. Tu sais ce qui me manque et ce que j’ai en trop. Je me remets entre tes mains », sans rien demander de concret.

Ensuite, le père dit au micro qu’une femme de 38 ans était guérie de l’oreille gauche. À ce moment-là, je ressentis une grande chaleur et entendis un bruit très fort. Je me bouchais l’oreille droite. À ma grande surprise, j’entendais de l’oreille gauche  comme si tout près de moi, j’avais un haut-parleur grand comme une armoire. Je demandai à ma voisine si on avait augmenté le volume, mais elle me dit que non. Le Seigneur m’avait-il guérie ?

Je ne pouvais le croire, étant donné qu’à aucun moment je n’avais demandé la guérison. Ce qui est sûr, c’est que contre toute possibilité médicale, j’entendais de l’oreille gauche.

(…)

Toute la nuit, je la passai à pleurer et à rendre grâce à Dieu et à le louer. Je jouissais de tous les bruits. Tout me semblait si pur. Mais le plus important était la joie qui m’inondait (…). À partir de ce moment-là, toute ma vie changea. Le Seigneur me transforma de façon merveilleuse. Avant, je me sentais seule et déprimée. Je savais que Dieu existait mais je considérais qu’Il était loin de mes problèmes. Ma vie était emplie de peines. (…) Celui qui connaît réellement le Seigneur doit le suivre. On ne peut pas résister. Je ne pouvais plus faire marche arrière. Quand une personne a tous ses organes et que Dieu la guérit dans la prière, nous sommes devant un miracle. Mais si la personne n’a aucun organe auditif et qu’elle se remet à entendre, il ne s’agit plus alors seulement d’un miracle, mais d’un appel. Dieu donne une nouvelle direction à sa vie. C’est ainsi que je le compris. 

Avant, je vivais très oppressée par des problèmes financiers (…) Maintenant je passe jusqu’à 15 jours sans tisser, parce que beaucoup de gens viennent à la maison pour me demander de prier pour eux, et je n’ai plus jamais eu ce souci financier.

Quand les gens entendent ce que Dieu a fait dans ma vie, il y a des cœurs endurcis qui se convertissent au Seigneur. Certains pleurent et d’autres sont profondément touchés par Lui.

J’ai même eu la visite de prêtres et de religieuses qui souffrent beaucoup de leur manque de foi. Je leur dis que ce n’est pas de leur faute ; que leur problème est qu’ils n’ont pas expérimenté l’amour de Jésus et que c’est pour cela qu’ils ne le connaissent pas.

Auparavant, je me demandais ce qui poussait les évangélisateurs à parler devant les micros, et comment ils osaient prêcher devant tant de monde. Maintenant que j’ai vécu cette expérience de l’amour et de la puissance de Dieu, je le comprends parfaitement : on ne peut taire ce qu’on a vécu.

(…)

Deux ans ont passé depuis ma guérison. Les médecins m’ont refait des tests d’audition et ne s’expliquent pas comment je peux entendre. Maintenant, mon problème n’est pas d’entendre, mais de savoir comment proclamer au monde entier que nous avons un Dieu qui est Père, et que puisqu’Il nous a donné son Fils unique, comment ne nous donnera-t-il pas tout le reste ? »

Je demandai au Seigneur : « Pourquoi y eut-il dix guéris et non pas neuf ou onze ? » Je sentis le Seigneur répondre en mon cœur... » (Père Emiliano Tardif)

« Après que j’ai prêché une retraite pour prêtres à Sagmeline, au Cameroun, on m’invita à prier dans une léproserie du gouvernement où il y avait plus de 300 malades. Nous arrivons devant cette foule souffrante. C’était très impressionnant de se trouver devant ce tableau de douleur : le ver de la lèpre rongeant la chair humaine. Certains les membres amputés pour pouvoir continuer à vivre ; d’autres, aveugles à cause de leur maladie, l’odeur de la chair pourrie… Après leur avoir parlé de la puissance de guérison, nous priâmes, demandant au Seigneur de guérir ces malades.

Peu de temps après être rentré chez moi, je reçus une lettre d’une religieuse infirmière dans la léproserie qui m’annonçait que le Seigneur avait guéri dix lépreux.  (…)

Je demandai au Seigneur : « Pourquoi y eut-il dix guéris et non pas neuf ou onze ? » Je sentis le Seigneur répondre en mon cœur : « Pour qu’ils sachent que celui qui guérit aujourd’hui est le même qui a guéri les dix de l’Évangile. »