QUI EST
JÉSUS CHRIST,
FILS DE DIEU 
FAIT HOMME

Pourquoi est-il si unique et exceptionnel ?

jesus-sauve.jpg

«  Jésus est le seul dont vous ayez véritablement besoin »

Père Emiliano Tardif

Sommaire de la page

 

  • Connaissez-vous vraiment Jésus Christ et son histoire ? La vie de Jésus en résumé

  • Le Christ, homme parfait

  • Jésus, la plus belle preuve d'amour de Dieu pour l'homme

    • Avant d'être Jésus, il était déjà le Verbe de Dieu

    • En s'incarnant, Jésus s'est uni à chaque homme personnellement

    • Dieu ne nous sauvera pas sans nous

    • Jésus, le Bien Suprême

    • Par amour pour les hommes, Jésus est devenu leur serviteur

    • Jésus a tout éprouvé, tout souffert, tout donné, jusqu'à sa vie de Dieu en se laissant clouer sur une croix

  • Jésus rédempteur, pourquoi ?

    • Pourquoi êtes-vous sauvé par la mort d'un homme il y a 2000 ans, vidéo

  • La grande victoire de la croix

  • Évangile, ça veut dire Bonne Nouvelle

  • Les miracles signent la Présence et l'efficacité de Jésus au XXIe siècle

    • Le témoignage du Père Emiliano Tardif

  • Soyez sauvé vous aussi

  • L'Église de Jésus est dans chaque cœur 

  • Jésus est l'unique Sauveur. Il n'y a pas d'autre médiateur entre Dieu et les hommes. Il n'existe pas d'autre Dieu.

  • Ce que les Évangélistes ont dit au sujet du Salut

  • Les Paroles les plus importantes de Jésus pour votre Salut

  • Choisissez la bonne porte

  • Le monde célèbre Jésus en mode rock puissant : ils sont Australiens, Américains, Brésiliens, Français, et il chantent Jésus à tue-tête en hébreu, anglais…

  • Pour aller plus loin                                                                         

Qui est Jésus le fils de Dieu et lumière du monde

Le Père a envoyé Son Fils Bien-Aimé (consentant et pressé d'aboutir) régler le problème du mal et offrir un secours infaillible aux hommes.

Alors, Jésus, la Lumière du monde s'est levée dans un scintillement d'étoiles et a fait reculer les ténèbres de l'ennemi. Merveilleux et adorable Jésus.

Jésus a concrétisé le projet de Dieu qui veut réussir le monde pour sa gloire et pour notre bonheur. Jésus a accompli toutes les promesses de Dieu contenue dans l'Ancien Testament, et, mieux, Dieu a renchéri sur son plan de salut en envoyant, en Jésus, un Messie éternel et définitif. Par lui, Dieu a sauvé son peuple de ses péchés et l'a délivré en une fois de ce poids qu'il traîne au long des siècles comme une chape de malheur, annonçant au monde que la misère d'Ève est pour toujours chassé de la mémoire.

Dieu a donc vaincu la mort initiée par le mal et, à tout homme qui croit en son Fils, il peut restituer la vie qu’il avait prévue à l’origine pour l’homme : une vie éternelle avec lui. Bonne Nouvelle ! C’est la traduction du mot grec Évangile !

Connaissez-vous Jésus-Christ ?
Sa vie en résumé

Portrait du visage de Jésus coloré dans le cosmos

Jésus-Christ est le Messie annoncé par les prophètes dans la Bible. Engendré par Dieu, il s'est mystérieusement incarné, naissant de la Vierge Marie, à Bethléem, vers l'an O de l'ère chrétienne. Tout à la fois homme et Dieu, il vécut à Nazareth jusqu'à l'âge de 30 ans. Après avoir été baptisé sur les bords du Jourdain par le prophète Jean-Baptiste, il commença son ministère de prédication.

Il parcourait les trois provinces de la Palestine : Galilée, Samarie et Judée. Partout où il passait, il attirait les foules, guérissait les malades et chassait les démons. Bientôt on s'interrogea sur son identité : serait-il le Messie annoncé par les prophètes ?

Jésus se gardait bien de révéler son origine divine. Il fallait que les gens la découvrent lentement.

Après trois années vécues au milieu d'une foule enthousiaste, il y eut un drame qui faillit tout compromettre. Le jour où il fit son célèbre discours sur le pain de vie et qu'il déclara que ce pain était son corps, les auditeurs s'interrogèrent : « Il est fou », disaient les uns, tandis que les autres lui faisaient confiance sans bien comprendre de quoi il s'agissait.

À partir de ce moment, Jésus vit fondre son auditoire. Dans la courte existence qui lui restait, Jésus n'avait plus avec lui que les douze apôtres et un groupe de femmes. Mais l'hostilité grandissait. Les pharisiens et les scribes se concertaient. Ils cherchaient le moyen de le confondre en lui posant toutes sortes de questions embarrassantes.

Arrivèrent enfin les derniers jours. Jésus entraîna toute son équipe à Jérusalem. Le soir, on partait dormir en campagne. Le jeudi, l'avant-veille de la Pâque juive, il envoya deux des disciples préparer le repas pascal. Au cours de ce repas, il leur fit ses dernières révélations : puis il prit du pain et célébra la première messe. Ils se retirèrent au jardin des Oliviers, à quelques centaines de mètres de la vielle. C’est au plus fort de la douleur, après s’être senti délaissé, repoussé par son Père à Gethsémani que Jésus a fait son suprême acte d’abandon et d'amour pour nous les hommes. C'est là qu'eut lieu son arrestation.

Désormais tout va se précipiter. Après le passage obligé chez le grand prêtre juif, Caïphe, et la visite grotesque chez le roitelet Hérode, on le conduisit auprès du gouverneur romain, Ponce Pilate, seul habilité à prononcer une condamnation à mort. Celui-ci hésita beaucoup. Mais devant les vociférations de la foule, il prit peur et pour éviter une émeute, il leur livra Jésus. L'exécution fut celle réservée aux esclaves : la crucifixion. Ce vendredi, Jésus expirait à 3 heures de l'après-midi.

Les mages ont suivi l'étoile qui préfigurait la croix

Mais tout se renversa le dimanche suivant à  l'aube. Marie-Madeleine, une des femmes qui, après sa conversion, avaient suivi Jésus, se rendit au tombeau de bon matin pour achever l'inhumation. Des soldats romains avaient été désignés pour assurer la garde du tombeau. Or celui-ci était vide. Jésus ressuscité était là, debout, bien vivant, dans le jardin. Il demanda à Marie d'aller prévenir les apôtres. Pierre et Jean se précipitèrent pour venir constater les faits. Mais déjà les autres apôtres étaient avec lui dans la chambre où ils se cachaient. Les apparitions se succédèrent avec les uns et les autres. Désormais leur foi fut confirmée : ce Jésus qui leur avait posé tant de questions, ce Jésus était vraiment Dieu fait homme. Ils partirent aussitôt à travers le monde annoncer que Dieu était passé sur terre pour annoncer aux homes une nouvelle extraordinaire : il est connaît, les aime, tous et chacun, il est un Père pour eux. Il les attend dans son paradis et leur en a montré le chemin.

Les renseignements que nous avons sur Jésus nous ont été transmis quelques années plus tard par certains de ses auditeurs. Sans doute quelques historiens romains ont signalé son existence, mais très brièvement. Par contre quatre de ses disciples, témoins privilégiés depuis le début, ont écrit ou dicté leurs souvenirs. Nous appelons ces écrits Évangiles.

Lire un de ces quatre textes, celui de Marc par exemple, provoque souvent chez des non chrétiens des réactions très positives : il peut les acheminer lentement vers le baptême. Depuis deux mille ans, une multitude en a fait autant. Actuellement, un milliard de personnes se rangent à sa suite, sont baptisés ou vont le faire.

Pourquoi ne pas se mettre à l'écoute de ce Jésus et de son message, véritable code du bonheur ?

Texte édité par l'association Carême Chrétien, Dijon, Imprimatur Dijon 25 octobre 2000, G. Dampt, vicaire général

Le Christ, homme parfait

Portrait de Jésus riant

© Yongsung Kim

La beauté et la grandeur du Christ apparaissent dans sa parfaite humanité. Il est entré dans ce monde comme un homme divin mais humble, parmi les pauvres. Il a grandi, il a travaillé, pleuré, prié… Il était parfaitement humain, mais sans péché (Hébreux 4. 15). Ainsi Jean n’a pas hésité à appuyer sa tête contre lui (Jean 13. 23). Ses disciples lui ont posé des questions, et même, tant il était accessible, l’ont repris à cause de leur ignorance. Il a reçu toutes sortes de personnes, et a toujours été “ému de compassion” envers elles (Matthieu 9. 36 ; 14. 14 ; Marc 1. 41). Il n’a pas cherché à guérir uniquement ceux qui le méritaient, mais “tous ceux qui se portaient mal” (Matthieu 8. 16).

 

Jésus a agi à l’égard de chacun avec bonté, mais aussi vérité. Par exemple, il montre à Nicodème, un homme religieux instruit, son ignorance sur des points essentiels, mais il le fait sans aucune parole dure, sans le blesser (Jean 3. 10-21). Avec patience, il dévoile les plus profondes vérités à une femme de Samarie ; mais auparavant, avec douceur et fermeté, il la place devant son péché (Jean 4. 7-29).

 

Tous les traits du caractère parfait de Jésus sont en équilibre harmonieux. Pas de faiblesse dans sa douceur. Sa manière de corriger ne s’accompagne jamais de dureté. Lors de son arrestation et devant ses juges, il répond avec calme et dignité. Sur la croix, alors qu’il connaît de terribles souffrances, il demande le pardon pour ceux qui le crucifient (Luc 23. 34), et il prend encore soin de sa mère (Jean 19. 26, 27).

Dans Jésus, pas une tache : confiance absolue, complète obéissance, dépendance parfaite à son Père (Notre Père), justice pratique sans défaut, sainteté divine dans un homme, foi inébranlable, amour sans limite, espérance sans défaillance. Comment ne pas être en admiration devant lui ?

Il n’y a jamais eu sur la terre une personne plus dévouée que Jésus. Rempli de compassion, il se penchait inlassablement sur les souffrances de ceux qu’il rencontrait. Il ne pensait jamais à lui-même, à son propre confort ou à sa fatigue. On pouvait venir à lui à toute heure du jour ou de la nuit, il ne repoussait personne :

– Il accueille un chef religieux qui, craintif, vient à lui de nuit. Il répond à ses questions, et lui enseigne des choses merveilleuses (Jean 3).

– Il se tient assis, en plein midi, sur la margelle d’un puits, car il sait qu’une femme au cœur assoiffé va venir là, et il a un message de salut pour elle (Jean 4).

– Au soir d’une journée bien remplie, on lui apporte encore des malades et des gens possédés par des démons. Inlassablement, Jésus chasse les mauvais esprits, guérit les malades, reçoit tous ceux qui ont besoin de lui (Matthieu 8). est Seigneur". »

(Philippiens 2, 9)

Jésus n'a cessé de guérir les malades et de faire reculer le mal

Ses disciples reviennent d’une mission, et ont beaucoup de choses à lui raconter. Il leur propose d’aller dans un endroit tranquille pour se reposer un peu, mais la foule devine où ils vont et s’y rend avant eux. Au lieu de les repousser pour se préserver un moment de repos bien légitime, Jésus, ému à la vue de tous ces gens qui sont “comme des brebis sans berger”, les accueille et les nourrit (Marc 6).

 

Les souffrances et les besoins nombreux et variés de ceux qu’il rencontrait ne laissaient jamais Jésus indifférent. Toujours dévoué, il avait une réponse pour chacun. Lui seul a accompli ce commandement de la loi : “Tu aimeras ton prochain comme toi-même” (Lévitique 19. 18).

Si peu…

Il faut si peu de place pour coucher un petit enfant, et cette place, le monde l’a refusée à Jésus. Le Créateur de l’univers, entrant dans les limites de l’espace et du temps, a été couché dans une crèche, une mangeoire pour le bétail (Luc 2. 7).

 

Pour reposer une tête fatiguée, il faut aussi bien peu de place. Même les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel, des nids. Le Fils de l’homme, lui, n’a pas eu de lieu où reposer sa tête (Luc 9. 58).

 

Pour mourir, le plus pauvre a un lit. À Jésus, on a donné une croix. C’est le supplice horrible et infamant qu’on a infligé au seul homme juste.

 

La majesté du Seigneur Jésus brille comme un diamant, comme sa sainteté, sa justice, sa force. Il est le joyau du Père et des hommes. Mais il reste ce Dieu qui a accepté d’être un petit enfant nu et vulnérable.

Jésus est le joyau des hommes et de Dieu

Jésus, la plus belle preuve
d'amour de Dieu pour l'homme

Avant d'être Jésus, il était déjà le Verbe de Dieu et rien n'a été créé sans lui

Rien n'a été créé sans Jésus

Dieu a tout créé, non pour remédier à un manque, mais pour communiquer vie et bonheur à ses créatures, et les admettre dans sa glorieuse présence.

Vous l'ignoriez peut-être, mais depuis l'origine du monde, le Verbe de Dieu (Jésus non incarné) existait déjà. Il semait sans sortir. Il semait la beauté, la vie dans tous les êtres, la lumière aussi, dans toute intelligence d'homme. Rien de l'Univers n'a été créé sans lui : toute créature porte sa marque, son empreinte, et tout spécialement les anges, et les hommes, créés à l'image et à la ressemblance de Dieu.

Or les plans de Dieu ont été contrecarrés par l’ennemi (Satan) : le péché d'Adam et Ève, nos premiers parents, a affreusement défiguré cette image et cette ressemblance, tous les êtres humains sont devenus otages du diable depuis l’épisode du jardin d’Éden. Mais Dieu ne s'est pas découragé, il l’avait envisagé et avait prévu de longue date la parade qui a marqué son intervention directe et définitive. Elle a eu lieu en la personne de Jésus Christ. Car Dieu aime chaque homme et veut qu'aucun d'entre eux ne se perde. Le péché a rompu l'Alliance. Cette rupture aurait pu être irrémédiable. Du côté de l'homme, la faute était irréparable, sans remède. L'homme, par sa désobéissance, s'était rendu étranger à Dieu, à jamais, il s'était condamné lui-même à une mort éternelle.

En s'incarnant, Jésus s'est uni à tout homme personnellement

Jésus s'unit à chaque homme en s'abaissant vers lui

Mais Dieu n'échoue pas. Dieu se fait homme, il se fait fils d'homme et vient vivre et habiter parmi nous. La première alliance de l'homme avec Dieu a été rompue ? Il va en faire une nouvelle, éternelle, plus étroite. Comment cela ?

Quelle initiative d'amour que Dieu a prise à l'égard du monde en nous donnant son Fils unique ! La personne même de Jésus est le message du grand amour de Dieu pour nous : bien que nous soyons pécheurs, Il a livré son Fils à la mort, pour que tous ceux qui croient en lui aient la vie éternelle. Ce Fils est devenu homme, tout en restant Dieu, pour que nous, hommes, devenions fils de Dieu. Dieu devient l'Emmanuel, Dieu avec nous. Cela pour nous sauver de l'emprise de Satan qui nous tenait enchaîné depuis le péché originel.

En devenant homme, le Fils de Dieu réconcilie l'humanité entière et rejoint chaque homme ne particulier, personnellement. Saint Jean Paul II aimait redire cette parole du dernier Concile de Vatican II : en s'incarnant, Jésus s'unit à tout homme personnellement.

Dieu ne nous sauvera pas sans nous

Mais Dieu qui nous a créés sans nous ne nous sauvera pas sans nous. Dieu nous aime trop, nous respecte trop pour nous sauver sans nous, sans notre coopération. Quelle est notre part à nous dans cette œuvre de salut ? Saint Jean nous dit " À tous ceux qui l'ont reçu, lui, le Fils, Notre Seigneur Jésus Christ, il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, à ceux qui croient en son nom." C'est la foi qui nous fait fils de Dieu, fils dans le Fils unique. Cette foi est une confiance en Dieu, en sa Parole. La Vierge Marie, la première, a reçu le Fils par sa foi. Elle a dit "oui", "oui" à l'incroyable annonce faite par l'Ange de la part de Dieu, qui lui présentait sa requête : voulait-elle bien être la mère de Jésus, Dieu qui allait s'incarner en elle pour devenir homme. Son oui a donc permis à Dieu le Fils de devenir homme, de devenir ce Jésus qui nous sauve. A notre tour, recevons Jésus par notre foi, ouvrons-lui notre cœur pour qu'il se fasse comme une nouvelle naissance de Jésus en nous. Jésus vous dit : "Aujourd'hui, il me faut habiter en ta maison." Lui ouvrirez-vous la porte ?

Tallit juif

Jésus, le Bien Suprême

Auparavant, Dieu s'est choisi le peuple d'Israël pour être son Peuple, avec lequel il a fait alliance et qu'il a progressivement instruit et à qui il a donné des instructions appelées Loi. Tout cela n'était que pour préparer et figurer l'Alliance Nouvelle et parfaite qui serait conclue par et dans le Christ. Cette fois dans le propre sang de Dieu en personne, puisque Jésus s'est offert librement lui-même pour tous les hommes, offrande qui ira jusqu'à la mort, et la mort de la croix, qui accomplit la rédemption définitive des hommes et remet l'homme en communion avec Dieu en le réconciliant avec lui. Seul Dieu lui-même pouvait conclure cette Alliance nouvelle et éternelle. La Loi contenue dans l'Ancien Testament ne pouvait pas sauver les hommes, seul l'Amour du Christ sauve.

 

 

Donc, à  la plénitude des temps, lorsque Dieu a jugé que la terre était prête, le Fils de Dieu est descendu des cieux et s'est incarné en homme, devenant tout autant homme que Dieu, ​Allait-il nous écraser par sa majesté divine ? Non, il était aussi homme, et ses caractères divins, amour, sainteté, bonté, miséricorde, tendresse, il les a mis au service des hommes pour leur bien, jusqu’à la mort. Merveille qu’un Dieu qui fait confiance à ses créatures jusqu’à remettre son sort entre leurs mains !

Un Dieu qui s’est fait homme pour se révéler ; pour nous parler, témoigner, délivrer du mal, pour dire que seul l’amour compte ; pour rétablir le lien rompu entre les hommes et lui ; pour racheter les erreurs des hommes ; pour écraser l’ennemi et vaincre la mort définitivement.

Pour nous sauver, prenant dans son passage tous ceux qui voulaient bien lui faire confiance et chercher la vie dans l'union à lui.

Par sa vie, son incarnation, sa Pâques (Passion, mort et Résurrection), la vocation universelle au salut arrive à son accomplissement pour chaque homme de tout temps. Toutes les promesses de Dieu dans l'Ancien Testament s'accomplissent dans le Christ. Tout converge vers le Christ, il est l'achèvement, la Perfection, la Victoire de Dieu sur le mal.

Amour inouï de Jésus pour les hommes : il est devenu leur serviteur

Jésus est donc ce don inouï que Dieu le Père a fait aux hommes. Son Fils a accepté librement de s'humilier, quittant sa gloire céleste pour descendre sur le plancher des hommes, s'incarnant en homme, Lui, le Saint, le parfait, l'Amour personnifié.

Celui que les mondes ne peuvent contenir a voulu naître "bébé" dans une mangeoire. Le mystère de l'Incarnation de Dieu en homme est là, saisissant, insaisissable. Le "Verbe fait chair" ne s'est dispensé de rien, n'a rien anticipé, n'a pas fait semblant d'être enfant. Il s'est vraiment voulu fragile, impuissant, démuni, en cette enfance qui est la sienne, sans cesser d'être le Maître de l'univers et le soleil des esprits. Son enfance et sa jeunesse n'ont pas été une simple parenthèse, et le Fils de Dieu n'a rien négligé pour s'enraciner dans notre humanité, c'est-à-dire, concrètement, dans son pays, dans son peuple, dans son village et dans sa famille. Il y a mis trente ans !

Tout Dieu, totalement homme. Tout de Dieu et tout de l'homme. Jésus a voulu éprouver toutes les misères et joies des hommes, toute la palette des émotions, du plus profond désespoir à la joie la plus sublime. Il a aussi voulu mourir. On ne peut pas lui reprocher de décider du haut d'un trône lointain. Tout ce qu'il nous demande de faire, de vivre, a été vécu ou fait par lui.

Né pauvre dans l'anonymat, apprenant le métier de charpentier, vivant chichement, dans quel abaissement est venu celui qui vécut dans la pauvreté pour nous enrichir ! Jésus, lorsqu'il a commencé son ministère qui a duré trois ans, a passé son temps à servir les hommes : il a fait le bien partout en Palestine durant des journées harassantes, soignant, guérissant, ressuscitant des morts, enseignant, aimant une multitude. Agissant de façon révolutionnaire pour l'époque, en remettant en cause la rigidité des religieux, étant accompagné d'hommes mais aussi de femmes, n'oubliant personne et surtout pas ceux qui souffraient, seuls, au bord du chemin. Adulé quelques mois, finissant sa vie à 33 ans, honni de tous.

Humilité de Jésus né dans une mangeoire

Jésus a tout éprouvé, tout souffert, tout donné, jusqu'à sa vie de Dieu cloué sur une croix 

La justice du Tout-puissant est si parfaite que lorsque son propre Fils s'est chargé de nos péchés, Dieu a été obligé de le frapper de sa colère. Mais la croix, où a été donnée cette preuve suprême de sa justice, nous apporte en même temps la plus merveilleuse preuve de son amour.
Ayant devant lui l'abandon de Dieu, le Christ n'a pu confier sa douleur à personne. Il a été incompris de tous et délaissé par les siens. Dans une souffrance qui n'eut jamais son égale, personne jamais ne fut seul comme lui.


Les souffrances morales et physiques des hommes, Jésus les a donc toutes éprouvées jusqu’au pire de chacune d’entre elles. Il s’est laissé crucifier sur une croix infamante, comme un malfaiteur, et dans de terribles souffrances. Le Fils de Dieu s'est livré aux mains de ses tourmenteurs et meurtriers. Il s'est laissé persécuter, mépriser, saisir, abandonner, emprisonner, martyriser, crucifier après avoir subi ce qu'aucun autre que lui n'aura jamais subi. Par analogie, chacun d'entre nous est un tourmenteur et un meurtrier de Jésus. Pour son amour nous lui avons rendu la haine. Et nous continuons…

Voilà aussi jusqu'où va l'amour de Dieu pour les hommes.

D'ailleurs, Dieu continue à servir l'homme à chaque instant. C'est lui qui impulse l'énergie de l'Univers qui fait tourner le cosmos, battre le cœur des hommes, vivre chaque créature, pousser les plantes. Jésus se rend personnellement présent lors chaque messe, dans l'hostie, etc.

Pourtant, nous, les hommes, ne sommes rien dans cette éternité, dans cette puissante création. Dans le Psaume 8 on lit : « Qu'est-ce que l'homme pour que tu penses à lui, le fils d'un homme, que tu en prennes souci ? »…

Dieu des chrétiens, unique vecteur d'amour. Dieu des chrétiens, unique Dieu se déclarant et agissant comme un père, un frère, un ami.

Jésus rédempteur, pourquoi ?

Jésus rédempteur des hommes

Le jusqu’auboutisme de l’amour de Jésus pour son Père et pour nous, librement consenti par Jésus, le jusqu'auboutisme de l’amour du Père envers les hommes, c’est la Passion de Jésus, Passion d’Amour : l'agonie physique, morale, spirituelle et le sang versé par le Christ, d'abord durant l'horrible nuit de son arrestation, la matinée plus épouvantable encore qui s'est ensuivie, puis les longues heures à finir d'agoniser sur la croix.

Par amour pour son père et pour les hommes, Jésus est sorti victorieux. Son obéissance envers son père jusqu'au moment de sa mort, son absence de révolte malgré l'injustice de sa condamnation, sa pureté totale (indemne de toute faute), le don ultime de sa personne allant jusqu'à la mort, la confiance envers Son Père, son sang versé, c'est tout cet ensemble qui nous acquièrent la compensation, premièrement de la faute originelle, deuxièmement de toute faute commise par tout homme sur terre, hier, aujourd'hui, demain.

Pourtant, une seule goutte de sang de Jésus aurait suffi pour notre rachat, mais Jésus a voulu aller au-delà des limites : la mort. La mort d’un Dieu.

Jésus, ressuscité, est vivant pour ne plus jamais mourir.

 

Le fait que Dieu ait ressuscité son Fils trois jours après avoir été mis au tombeau est premièrement la garantie de l'acceptation par le père, du sacrifice du Fils et de la compensation qui en découle. Deuxièmement, la Résurrection de Jésus est geste qui vient du cœur de Dieu  et nous dévoile la puissance de son amour. Plus de 500 personnes ont été témoins de la résurrection de Jésus. Certaines d’entre elles ont témoigné de cette résurrection au prix de leur vie.

 

Pour l'amour de nous, Jésus est devenu notre frère pour l'éternité. Il a payé chèrement en donnant sa vie pour que chaque homme de cette terre vive, en relation avec Dieu sur terre, puis éternellement avec Dieu après la mort.

 

Il n’existe pas de plus grand amour.

Jésus, qui a donné sa vie pour nous puis est ressuscité d’entre les morts,

 

Jésus, homme-Dieu, Dieu s'étant incarné en homme, a accompli la totale, unique et parfaite réparation.  C'est pourquoi il est le Rédempteur.

Pourquoi suis-je sauvé par la mort d'un homme il y a 2000 ans ? Des explications claires

La grande victoire de la croix

C'est donc à la croix que Jésus a tout payé (les fautes) et tout acquis pour nous (le droit de retrouver Dieu et la vie éternelle, entre autres). À la fois victime, offrande et prêtre, tel était-il sur la croix. Seul (un) Dieu pouvait réparer, rattraper, annuler, compenser, la faute originelle d'Adam et Eve ayant offensé Dieu. Jésus a subi de la part de Dieu le châtiment que méritaient nos péchés, passés, présents, futurs. Sa vie parfaite offerte à Dieu, et son sacrifice sur la croix, permettent à quiconque croit en lui de recevoir la grâce et le pardon de Dieu avec la vie éternelle.

Sa croix, loin de l'avoir séparé des hommes, est à la base de liens tout nouveaux. Fait inestimable, son Père est devenu notre Père et son Dieu, notre Dieu. Jésus nous a placés pour toujours dans ces relations bienheureuses pour la joie de son propre cœur, pour celle du Père, et pour la nôtre. Les bienfaits qu'il nous promet, c'est à la croix que Jésus les a acquis.

Voilà pourquoi les chrétiens aiment tant la croix. Elle est bien sûr l'instrument final de torture du Christ, mais elle est aussi le signe de Sa Victoire, la preuve de la victoire éclatante de Dieu, définitive, sur le mal. De sa mort a jailli la vie, la sienne et celle de tous ceux qui choisissent de le suivre !

Quelle est cette  victoire ?

Satan est vaincu :

1. Tous les hommes justes morts avant la venue du Christ, ce même Christ, au moment de sa mort, est descendu au séjour des morts (Shéol) jusque-là chasse-gardée de Satan, les a délivrés et emmenés avec lui au ciel près du Père.

2. Tout homme acceptant Jésus comme Sauveur et agissant en tant que disciple sera sauvé lors de sa mort. Le plan de Satan est devenu caduc, il ne pourra plus entraîner dans la mort éternelle les hommes qu'il haït. Sauf ceux qui ne veulent pas de Dieu.

Évangile veut dire Bonne Nouvelle

Evangile veut dire Bonne Nouvelle

« La Bonne Nouvelle qui donne l’espérance quelle que soit la situation ou la circonstance, est que la mort a été vaincue par la résurrection de Jésus. Jésus est mort, ressuscité, glorifié par son Père, il est Sauveur, Seigneur et Messie. Il est LA VIE. »

Les Évangiles, c’est la personne de Jésus Christ. La Bonne Nouvelle, ce n’est pas quelque chose, mais quelqu’un : Jésus.

À travers les Évangiles, les hommes découvrent le vrai sens de la vie : la paix pour tous, une paix qui s’acquiert dans la justice et l’amour.

La Parole de Jésus n’est pas « une cage ou un piège, mais une semence qui peut porter ses fruits » (Pape François).

L’Évangile de Jésus n’est pas une évasion de la réalité, mais un ferment destiné à transformer notre vie économique, politique, sociale, commerciale…

Les miracles confirmant
la Présence et l'efficacité
de Jésus au XXIe siècle

Les miracles de Jésus confirment sa présence et son efficacité

Il y a 2000 ans, Jésus était doté d'un pouvoir étonnant qui relevait les hommes et femmes à terre, qui guérissait, qui restaurait dans leur dignité les pauvres et les petits. Si Jésus perturbait le petit monde de Palestine, incontestablement, il faisait du bien, ouvrant un autre horizon à tous les personnes malheureuses de par sa capacité à guérir les corps, les cœurs et les âmes. 
Or Jésus est le même qu’hier aujourd’hui et demain, il n’a pas changé de pastorale, c’est pour cela que de nos jours, Il continue à se manifester avec puissance face à l’homme contemporain.

Par ses signes, guérisons, conversions subites inattendues et miracles inexplicables, qui sont des manifestations où se révèle le triomphe de la Jésus-Christ sur le péché, la maladie et la mort :

  • en Palestine il y 2000 ans

  • et depuis, hier, aujourd'hui et maintenant,

Jésus révèle l’Existence, la Présence, l’Amour de Dieu et l’efficacité de la Parole. Les miracles montrent que le Dieu prêché agit véritablement. Ils manifestent l’action de Dieu, ce Dieu que personne ne peut voir et qu’on ne peut voir agir.

Les signes et prodiges montrent que la religion chrétienne n’est pas une idéologie, mais une réalité... C’est l’accomplissement de la Parole de Dieu qui n'est pas lettre morte et dont chacun peut en constater l'efficacité (voir le nombre de témoignages fiables sur ce site, principalement sous l'onglet Dieu existe-t-il).

Les extraordinaires guérisons de Dieu par l'intermédiaire du père Emiliano Tardif

À l’âge de quarante-cinq ans, le père Tardif, missionnaire en République dominicaine, souffre d’une tuberculose aiguë. Son pronostic vital est en jeu. Des amis lui proposent alors de prier pour lui dans sa chambre d’hôpital… et le voilà miraculeusement guéri ! Totalement renouvelé dans sa foi, il décide de s’investir dans des groupes de prière Jésus fait de lui un témoin.

À son tour, il devient instrument de Dieu et le témoin privilégié de nombreuses guérisons miraculeuses physiques et intérieures. Invité à faire vivre son charisme de prédication et de guérison, il parcourt alors le monde, là où on l’appelle, afin de partager les merveilles que Jésus veut offrir à tous. À travers deux livres de témoignage, il relate avec simplicité et émotion son parcours et les nombreuses guérisons dont Dieu lui a donné d’être le témoin. Ces récits bouleversants montrent combien le Christ nous aime et veut nous guérir encore aujourd’hui. 

« Je ne peux pas garder pour moi ce que j’ai expérimenté, ce que j’ai vu. Ce ne sont pas des théories abstraites, ce sont des choses que j’ai expérimentées dans ma proche chair. Ce qui m’est arrivé à moi peut t’arriver, à toi aussi. Je témoigne de ce que j’ai moi-même expérimenté. »

Père Emiliano Tardif (1928 -1999) , dans Jésus est le Messie

© https://fr.calameo.com/read/002927244c63d7bd93cea

Lire les témoignages de guérison de Jésus par le biais d'Emiliano Tardif dans la page Guérisons miraculeuses ainsi que d'autres témoignages vidéo, écrits...

Couverture du livre du père Emiliano Tardif, Jésus est le Messie
Le père Emiliano Tardif imposant la main sur une malade

Soyez sauvé vous aussi

Homme à genoux demandant pardon à Dieu au pied d'une croix au bord de la mer

Chaque homme croyant, pendant sa vie, peut demander à Jésus, par le biais de confessions réalisées par les prêtres appelés par Jésus lui-même, que ses fautes soient pardonnées et parvenir, à la mort, dans un état plus ou moins proche de la sainteté. Les petits actes d’amour réalisés chaque envers les autres sont la preuve que le chrétien suit le chemin proposé par Jésus. Le chrétien n’est pas mieux qu’un autre. Il commet autant de fautes et d’erreurs, mais il sait qu’il a besoin de Dieu. Et la joie de vivre une relation intime avec Jésus est intense ! Joie, espérance, amour, voilà ce que confère cette relation de vie quotidienne avec Jésus. Cela n’empêche pas les épreuves, drames et tragédies, mais Jésus est là pour aider à les traverser. Et puis finie la crainte de la mort.

Et cela change TOUT !

 

Jésus puissant pour libérer à sa suite tous ceux qui croient en lui. Jésus Christ, mort à votre place, devient votre Sauveur si vous acceptez son sacrifice. Il donne la vie, une vie qui va bien au-delà de notre existence sur la terre : la vie éternelle

C'est le signe assuré de notre victoire sur la mort et sur la tristesse ; c'est donc la certitude que pour nous aussi, fils et filles de Dieu, la vie et l'amour auront le dernier mot.

L'Église de Jésus

L'Eglise du Christ se déplace en foule pour les JMJ

Jésus a réexpliqué et parachevé le message de Dieu : Dieu nous a créés saints et sacrés pour vivre une relation intime, personnelle et particulière avec chacun d'entre nous. Cette sainteté ayant été perdue lors de la chute, Dieu a déployé la contremesure en envoyant Jésus qui a pris soin d'établir son Église, avant de retourner vers son Père, Notre Père.

Cette Église s'est divisée depuis ses débuts au premier siècle, entre plusieurs branches : catholique, orthodoxe, protestante, évangélique, pentecôtistes, etc. S'y greffent aussi les juifs messianiques. Tous sont unis dans un seul amour et une seule foi : en Dieu le Père Tout Puissant, Jésus le Christ Messie sauveur unique et l'Esprit Saint qui diffuse la grâce de Dieu, son amour aux créatures.

L'Église catholique est celle qui perpétue la primauté de l'apôtre Pierre, auquel Jésus a confié les clés de son Église et sa direction. Le pape François est le 266e pape et 265e successeur de Saint Pierre.

Jésus a pris le risque de confier les clés de Son Église à des hommes, faillibles, pécheurs, cela n'en est que plus beau. Constituée d'hommes, l'Église est donc imparfaite, des brebis galeuses défigurent parfois la sainteté de son ensemble mais il est nécessaire de ne pas se laisser influencer. Ni par les journalistes qui attisent les braises des dérives pédophiles, car cela fait vendre, en oubliant la beauté des millions de religieux consacrés aux Christ qui se dévouent dans le monde pour apporter aux pauvres et malades l'Amour du Christ. Ni par la pensée unique" des extrémistes de la laïcité qui voudraient interdire que l'on puisse parler de foi dans la sphère publique. De quel droit ? La véritable laïcité n'est-elle pas plutôt de laisser la foi vivre libre dans la société sans la contraindre au silence ?
Dans l'Église catholique, Jésus procure tout le nécessaire, par le biais de sacrements établis par Lui, pour favoriser en quelque sorte le chemin de sainteté, régénérer, sanctifier et pour rétablir, puis régénérer en permanence cette relation personnelle unique entre lui et chacun d'entre nous si importante à ses yeux, dans la simplicité de notre vie quotidienne. Il nous veut restaurés dans notre dignité et notre piédestal originel, éternels et près de lui, car chacun d'entre nous est ce qu'il y a de plus précieux pour lui dans tout l'univers. Dieu nous laisse toute liberté de répondre, ou non, à cet appel d'amour. Rien ne fait plus plaisir à Dieu qu'une personne qui vient à lui librement. Il n'oblige personne à croire, raison pour laquelle il ne fait pas de gros miracle voyant, ce qui contraindrait à croire. Il n'aime pas les fautes que commet l'homme mais il aime l'homme à un point tel que l'homme ne peut le concevoir et il lui donne donc tous les moyens d'effacer ces fautes afin de parvenir à la mort dans un état le plus saint possible (le plus près de ce que l'homme était à l'origine avant la chute) : possibilité de faire à chaque instant avec amour de bonnes actions (bien faire sans amour n'a pas de valeur pour Dieu), prière, sacrement du pardon délivré par un prêtre, etc.

 

Pour que les sacrements (eucharistie, pardon, baptême..) puissent être délivrés aux hommes, il appelle des personnes à son service, en leur laissant la possibilité de décliner l'offre : certaines répondent "oui" et, puissamment fascinées par Jésus, elles choisissent de lui donner leur vie. Il appelle des jeunes, des vieux, des croyants, des non-croyants. Partout dans le monde (lire la page Devenus religieux). Certains deviennent prêtres, d'autres religieux, d'autres laïcs, consacrés ou non. Tous prient pour l'humanité et ces prières contribuent à faire patienter la Justice de Dieu avant le retour de Jésus. Certains religieux parviennent à un haut niveau de sainteté et, parfois, par leur canal, Dieu réalise des miracles. L'Église, après vérifications auprès de sommités médicales, agrée ces miracles, inexpliqués par la science (cancers instantanément guéris par exemple).

L'Église de Jésus est aussi le cœur de chaque croyant qui lui offre de l'espace dans sa vie, devenant un Temple du Saint Esprit. L'Église de Jésus est vivante de millions de cœurs dans le monde qui battent pour Lui, pour son retour, et qui prient pour que vous aussi, vous le rencontriez et expérimentiez sa tendresse et son amour.

 

Au moment où l'on choisit Jésus, il nous a déjà choisis depuis des millénaires.

Et quand on lui confie notre vie, on réalise un beau jour que depuis le début de celle-ci, il nous portait.

Jésus est l'unique Sauveur.
Il n'y a pas d'autre médiateur entre Dieu et les hommes.
Il n'existe pas d'autre Dieu.

Jésus unique sauveur ouvrant les bras en souriant dans un ciel lumineux jaune orangé

Jésus est l’homme-Dieu sur qui les chrétiens peuvent toujours compter. Il veut devenir votre force, le refuge de votre vie, l’abri de votre cœur. Si autour de nous tout est éphémère, et finira par disparaître, Jésus lui, est Celui qui demeure à toujours. « Il est le Même, hier, et aujourd’hui, et éternellement. » (Hébreux 13, 8)

Reconnaissance envers celui qui a dit « Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font », sur la croix, alors qu'il ouvrait grand les bras pour nous accueillir et nous aimer pour l'éternité, car en s'incarnant, Dieu a lié son destin à l'Homme pour toujours.

Ce qu'ils ont dit sur Jésus

Saint Jean explique l'incarnation en homme de Jésus

«  Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. » (Jean 1, 14)

 

 Dieu le Père a dit au sujet de Son Fils Jésus

« Celui-là est mon Fils Bien-Aimé, écoutez-le. » (Matthieu 3, 17)

​Ce que les Evangélistes rapportent concernant les guérisons

« De grandes foules s’approchèrent de lui, avec des boiteux, des aveugles, des estropiés, des muets, et beaucoup d’autres encore ; on les déposa à ses pieds et il les guérit.  » (Matthieu 15, 3)

Les huissiers chargés d’arrêter Jésus reculent et disent (en parlant de Jésus)

« Jamais homme n’a parlé comme cet homme ». (Jean 7, 46)

Ce que les apôtres ont dit après sa mort et sa Résurrection

« Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé, toi et toute ta maison. » ( Actes 16, 31)

 

« C’est pourquoi Dieu l’a exalté : il l’a doté du Nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse au ciel, sur terre et aux enfers, et que toute langue proclame : "Jésus Christ est Seigneur". » (Philippiens 2, 9)

Les Paroles les plus importantes de Jésus pour votre salut

Quand j'aurai été élevé de terre j'attirerai  moi tous les hommes

« Je ne suis pas venu juger le monde, mais le sauver. » (Jean 12, 47b)

« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. » (Matthieu 22, 37)

 « Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres ; comme je vous ai aimés. » (Jean 13, 34)

« Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé. » (Marc 16,16a)

 

​« Et moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. » (Jean 12, 32)

 

« Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. » (Matthieu 28, 20b)

 « Jésus dit : "Tout est accompli". Puis, inclinant la tête, il remit l’esprit. » (Jean 19, 30)

 

« Je suis l'Alpha et l'Omega, le premier et le dernier. » (Apocalypse 22,13)

Choisissez la bonne porte

Choisir entre la bonne porte qui mène au ciel bleu de Jésus ou bien la mauvaise qui ouvre sur l'enfer

Choisissez la bonne porte.

Jésus un phare dans la nuit

Jésus célébré dans toutes les langues et styles musicaux

Voir les pages MEDIA pour voir et écouter tous les styles 

toute la musique chrétienne rock, pop, d'église, métal, rap, orthodoxe....

classée par genre

Les juifs messianiques d'Israel chantent Yeshua

Les Américains...

Les Australiens

Les Brésiliens chantent Jésus (Yeshua)

Les Français

Des jeunes Israéliens arabes chrétiens de Palestine

et jeunes Israéliens juifs messianiques

chantent ensemble Jésus